Les entrepreneurs congolais surmontent de nombreux défis pour prospérer

La République démocratique du Congo a une population de plus de 80 millions d’habitants. Mais le pays n’a toujours qu’un accès limité à Internet. C’est l’un des défis auxquels sont confrontés les entrepreneurs numériques du pays. Merci à une petite scène technologique dynamique qui est venue aider à surmonter les défis. La scène se situe à Kinshasa, la capitale du pays, et est financée par la diaspora du pays. De nombreux futurs entrepreneurs ont envahi les rues de Kinshasa pour le lancement de la soi-disant Ville ingénieuse. Ce sera un double espace qui sera utilisé pour les réunions et les bureaux. Il est installé avec un internet à haut débit pour les startups de la RDC.

Fondé par Steve Nkashama, né au Congo, et Jose Zefu, WapiMED est une carte en ligne qui permet aux utilisateurs de réserver et de payer des consultations médicales. La société est actuellement autofinancée. Selon Daddy Kabeyal, responsable national d’Ingenious City, les entrepreneurs ne prennent pas le temps de réfléchir au risque. Ils ne pensent qu’à la manière dont ils peuvent apporter le changement et proposent des solutions à un certain nombre de défis. Kabayel a effectué ses études en Europe avant de regagner la capitale. Il a ensuite rejoint la société après une carrière dans le marketing. Les Congolais résidant à l’étranger peuvent utiliser leur plateforme en ligne pour payer les frais médicaux de leurs proches rentrés chez eux.

Outre l’accès limité à Internet haut débit, les investisseurs sont également éloignés par la sécurité et les risques politiques du pays. Les banques sont en mesure de proposer des financements, mais les entrepreneurs ont du mal à les convaincre de leur confiance. Selon Baya Ciamala, le fondateur de Baziks, également connu sous le nom de Narsix, être un entrepreneur dans le pays est l’une des choses les plus difficiles et les plus risquées. Il ajoute qu’ils ont besoin d’un fonds de roulement et investissent dans la recherche et le développement. C’est parce que c’est un nouveau secteur qui a besoin de fonds et de souplesse pour fonctionner et aller de l’avant, ce qui n’est pas une tâche facile à Kinshasa. Mais il y a des signes d’espoir.

Start It Congo, co-fondateur du Congo, Jonathan Kiloso a passé de nombreuses années en France dans le but de soutenir six startups congolaises en 2017. Il déclare vouloir aider son pays et en même temps réaliser des bénéfices.  Baziks, visant à promouvoir des musiciens africains et congolais, a reçu le soutien de Kiloso.

Ciamana a comparé la musique congolaise au football brésilien. Il a ajouté qu’il y avait une chance de créer leur entreprise en France. Mais ils ont le sentiment que le Congo avait davantage besoin de ses services. Baziks utilise le système de suiveurs pour connecter les auditeurs aux musiciens africains. L’application offre un service d’abonnement premium et un service de paiement par chanson.