RDC / Transport aérien : Désormais, voyager dans les airs de la RDC ne devra plus être un luxe !

Les citoyens congolais et les expatriés ayant choisi le Congo-Kinshasa comme seconde patrie peuvent désormais pousser un ouf de soulagement et surtout des cris de joie! La raison ? Les prix des billets d’avion des vols domestiques seront bientôt revus à la baisse sur l’ensemble du territoire national. Une mesure qui va certainement relancer le secteur économique, booster les activités touristiques et permettre à beaucoup de gens de rendre visite aux leurs habitant l’autre coin du Congo ; ainsi des relations professionnelles familiales, amicales, voire amoureuses seront de plus en plus renforcées !

Au départ, la cherté des vols internes dans l’espace aérien congolais avait pour cause la multiplication des taxes et redevances asphyxiant les compagnies aériennes. Par conséquent, la population n’avait que ses yeux pour se lamenter.  Finalement, pour garantir l’intérêt général, le gouvernement congolais et les opérateurs du secteur du transport aérien ont pu accorder leurs violons au sujet des prix des billets d’avion. En effet, le ministre de l’Économie nationale et les transporteurs aériens, membres de la Fédération des entreprises du Congo (FEC), se sont mis d’accord jeudi 27 mai et ont convenu de baisser les prix des billets d’environ 50 %. Cette décision est le fruit de discussions ayant duré  près deux semaines entre les deux parties.

Dans le concret, les prix sont fixés entre autres selon les itinéraires. Le président du comité des transporteurs, Norbert Sengamali, signale que ces nouveaux prix font suite aux concessions faites de part et d’autre.  Pour sa part, Gueda Yav, la pilote et  patronne de la compagnie Mwant Jet, précise que les deux parties ont tenu également compte de la spécificité des avions. Pour votre gouverne, le prix du billet Kinshasa – Kisangani va connaître une baisse de 340 à 192 USD ; alors que celui de Kinshasa – Kindu passe de 300 à 185 USD, rapporte le procès-verbal signé par la FEC et la partie gouvernementale, représentée par Jean-Marie Kalumba, ministre de l’Economie nationale.

« Autant les compagnies aériennes ont fait des concessions, autant le ministre s’est engagé au nom de l’Etat pour rester attentif à leurs doléances. Chacune des parties est restée attentive à la volonté de satisfaire la population qui passe des moments difficiles », dixit d’un ton rassurant Norbert Sengamali, le président du Comité des transporteurs aériens à la Fédération des entreprises du Congo (FEC), à la sortie de la réunion avec le ministre. En même temps,  Norbert Sengamali laisse entendre que cet accord pourrait évoluer, en cas d’inadéquation. Chose que la population ne souhaite pas en tout cas!

« On a tenu compte de la spécificité de chaque avion et chaque destination, donc il s’agira de quelque chose de positif. Avec les promesses qu’on nous a faites, notamment sur certains coûts qui peuvent être réduits par justement l’intervention du gouvernement sur certaines taxes, notamment sur le carburant et sa disponibilité à l’intérieur du pays, c’est ce qui nous a toujours pénalisés sur la tarification des coûts des billets », déclare la pilote Gueda Amani Yav Witch.

Évidemment, cette bonne nouvelle est bien accueillie par la population qui, jadis pleurnicheuse, se montre désormais confiante. « A mon avis, cette initiative va faciliter, d’une part, l’instauration d’un bon climat d’affaires sur le plan national. Car auparavant, il fut difficile de se déplacer par avion d’une province à une autre dans le cadre des activités commerciales étant donné que le prix des vols rendait hypothétiques les vols internes. D’autre part, cette décision va augmenter le taux du tourisme dans notre pays. N’ignorons pas que la RDC possède une légion de zones touristiques à visiter. Et lorsque dans un pays les frais de voyage sont exorbitants, l’activité touristique aura automatiquement du mal à décoller. Par conséquent, le ministère du tourisme sera dans l’incapacité de renflouer les caisses de l’Etat avec des recettes découlant des activités de son secteur. J’ose croire qu’avec cette réduction des  prix des billets d’avion, les recettes en matière touristique seront,  dans un futur proche, supérieures à celles des années antérieures », opine Israël Kapuya, informaticien de formation et employé à l’entreprise Monrespro.   Pour sa part, Sharon Kasengula, caissière et réceptionniste dans une entreprise située à Ngaliema, déclare être parfaitement d’accord avec cette décision de baisser les prix des billets d’avion pour des vols domestiques dans le contexte où cette mesure prend en compte le niveau social de la population.

Du reste, un arrêté fixant les nouveaux tarifs des billets d’avion des vols intérieurs est attendu dans les prochains jours. « Il sera question de rationaliser les prélèvements fiscaux et parafiscaux dans la nouvelle grille tarifaire », clarifie le ministère de l’Economie,  Jean-Marie Kalumba. Entretemps, le respect des engagements pris est la seule chose à laquelle s’attend la population congolaise, bénéficiaire des effets découlant de cette précieuse décision. « Acta sunt servanda », traduction : « le pacte rend esclave, les conventions doivent être respectées, dit-on.

Fabrice Amisi