Mercato congolais: Que retenir sur le marché des transferts des footballeurs ?

<<Mercato>>, c’est un mouvement de vente et d’ achat des joueurs dans une durée déterminée. En République Démocratique du Congo, parler du montant de transfert d’un footballeur est comme un sujet tabou. Ailleurs, s’il faut prendre l’ exemple des pays européens, les montants sont connus de tous, notamment la presse, voire même les familles des footballeurs. Que peut-on comprendre dans cette affaire ? Et quid du déroulement du marché des transferts en RDC ? Telles sont les préoccupations qui nous ont conduit auprès de Gillon Magema, agent de footballeurs. Il est également président de Business CF, club de football en deuxième division Kilimani, à Kinshasa. [Interview]

Q/ Pourquoi les montants des transferts ne sont pas dévoilés entre clubs congolais ?

C’est d’abord pour protéger le joueur compte tenu des pressions sociales. Vous savez, ce n’est pas comme en Europe où le niveau de vie est élevé. Ici s’il y a un joueur qui touche 5000$ peut-être, c’est toute la famille qui est derrière lui. Il y a tous les acteurs qui ont participé à son transfert qui sont derrière lui. Il y a aussi ses anciens coéquipiers. Donc ça dérange un peu la carrière du joueur. Voilà pourquoi on préfère préserver le montant pour protéger le joueur ainsi que sa carrière. C’est un problème de culture. Plus on va changer de mentalité, plus on pourra dévoiler aussi les montants. Et ce n’est pas faramineux, c’est juste de petits montants. 

Q/ Le mercato congolais diffère-t-il des autres pays ou ça se passe comme sous d’autres cieux ?

C’est un peu différent parce qu’il y a de cela quelques années, au Congo, on ne suivait pas le calendrier du mercato. On pouvait recruter à n’importe quel moment de la saison mais la Fédération Congolaise de Football Association (FECOFA) a bien fait les choses depuis 2 ou 3 ans, car les périodes du mercato sont actuellement respectées. On recrute avant le début du championnat et puis à l’intersaison.

Q/ Comment peut-on procéder pour acheter un footballeur dans un club ?

Il y a certaines équipes qui ont des cellules de recrutement qui demandent des moyens parce qu’il faudrait envoyer des scouts, des émissaires aller vers d’autres équipes voir des championnats pour la détection des joueurs. Il y a également certains, qui par leur relation peuvent avoir des coups de fil ou voir dans d’autres championnats, les joueurs, qui se démarquent pour faire des invitations. 

Q/ Et pour la vente, ça se passe comment ?

Quand c’est la vente, vous avez des propositions ; quitte à vous de négocier avec l’équipe qui souhaite acheter. Si vous tombez d’accord sur le prix et les modalités, vous effectuez le transfert.

Q/ En Europe on entend parler des millions pour certains transferts. Pourquoi ce n’est pas le cas en RDC?

En Europe, ils ont des sponsors. Les clubs eux-mêmes ont beaucoup d’argent parce qu’ils ont une autre politique. Ils vendent des maillots. Ils ont des publicités et multiples contrats. Par contre ici, ce sont des individus qui sortent l’argent dans leur poche pour faire vivre les équipes et les coûts des transferts ne peuvent pas être de la même façon que l’Europe. 

Q/ Combien de pourcentage gagne un joueur lors du transfert ?

En principe, ça dépend des négociations. Certains peuvent gagner 10 ou 15%. Le joueur a aussi droit à une prime de signature.

Q/ Lorsqu’il y a transfert d’un footballeur, quel est le pourcentage de chacune de parties prenantes (Équipe de provenance, agent) ?

Ça dépend des accords. La partie qui achète un contrat ou peut-être un arrangement verbal avec le joueur où ils savent que tel prend une partie quelconque l’autre de même. Il y a aussi les intermédiaires (agents, managers) qui interviennent lors des transferts, ils ont droit à un pourcentage parce que ce sont eux qui facilitent les transferts. L’équipe de provenance a aussi son pourcentage.

Q/ Quels sont les documents à disponibiliser pour conclure un transfert dans les normes ?

Le procès-verbal de l’assemblée (document de l’équipe qui stipule que l’équipe a joué toute une saison), l’attestation de transfert et puis la convention de transfert.

Q/ Vita club a parfois déploré le fait que certains de ses sociétaires, par exemple Nelson Munganga et Padou Bopunga, ont cassé unilatéralement leur contrat pour se faire recruter ailleurs. Est-ce là un moyen pour le club de se dédouaner ou ce genre de faits est bien réel dans le monde du football, surtout en parlant de l’Afrique, particulièrement la RDC ?

Généralement les clubs congolais ne proposent pas des contrats solides aux joueurs ou bien des contrats où les joueurs se retrouvent (les deux parties sont gagnant-gagnant). C’est plus les intérêts du club qui sont mis en avant. Et quand il trouve un agent qui connaît les lois sportives de la FIFA qui voit ce contrat, facilement il peut négocier directement avec le joueur pour le casser. Mais à ce jour, ça a été revu. Avec l’inscription des joueurs dans le système TMS de la CAF, c’est difficile pour qu’un joueur puisse quitter son club pour aller ailleurs.

  Propos recueillis par Kevin Tamusele