Ces entrepreneurs congolais qui osent changer les choses en RD Congo

De l’audace, encore de l’audace, toujours de l’audace !” Face à la véritable révolution (au sens littéral de “changement brutal”) économique à laquelle nous sommes confrontés, les paroles de Danton prennent leur dimension. Le Feu président M’zee Laurent Désiré Kabila, déclarait à l’époque de sa prise de pouvoir :”Le peuple doit apprendre à se prendre en charge”.

Aujourd’hui, il est encore difficile pour un congolais vivant en RD Congo de créer une entreprise à partir de rien et de s’imposer sur un marché soumis à la concurrence d’une grande entreprise locale ou internationale, ou tout simplement de créer un marché des produits ou services encore inexistants. Les raisons sont diverses : la culture des jeunes congolais est beaucoup plus orientée sur l’immigration, la sape, la musique, le travail salarié dans l’administration publique, ainsi que le contexte économique et fiscal qui ne favorise pas la création des richesses locales.

 

 

Créer son entreprise, démarcher des clients, imaginer de nouveaux produits et services, adopter de nouvelles stratégies… autant de défis qu’il faut relever au quotidien. Pourtant, il y a bien quelques uns qui osent sortir du lot pour créer de la valeur. Mais, parfois la rupture est plus grande : “Ils ne savaient pas que c’était impossible, alors ils l’ont fait”, pour reprendre la phrase de Mark Twain. C’est le point commun des entrepreneurs que nous vous présentons en espérant que d’autres suivront le pas en dépit de tous les défis qui restent encore à relever.

 

Alain YAV, Directeur général de Pygma Communication


alain-yav.jpg

Pygma Communication s’est imposé en RDC, sur un marché en pleine expansion.

Fondé en 2003, Pygma Group est présent dans la communication, l’immobilier et la finance. Le groupe, qui compte 200 salariés, revendique un chiffre d’affaires de 15 millions de dollars.

Celtel, Nestlé, Western Union, Nokia, Bralima (filiale de Heineken)… La liste des clients de Pygma Communication en RDC est impressionnante. En une dizaine d’années, la branche publicité et communication de Pygma Group s’est imposée comme le leader de ce secteur dans le pays d’Afrique centrale.

Son secret : une connaissance et une maîtrise de la culture locale. Mais aussi : une capacité à imaginer de nouveaux supports de communication, qu’il s’agisse d’émissions de divertissement sponsorisées ou de contenus innovants sur internet.

 Bonny MAYA, CEO chez eMart.cd


bonny-maya.jpg

Lancée en février 2016 par l’entrepreneur Bonny MAYA, eMart.cd est une alimentation en ligne avec comme mission un « Congo Responsable » dans la consommation et la promotion des produits « Made in Congo ».

La société revendique déjà plus de 3200 clients fidèles dans son portefeuille. Elle apporte une réelle valeur ajoutée dans le e-commerce en RDC. Ayant connu des difficultés à développer le service de livraison, Bonny a lancé TINDA, le service de livraison pour les commerces et e-commerçants qui compte déjà 12 entreprises clientes dont eMart.cd.

L’histoire Bonny Maya, illustre parfaitement une démarche entrepreneuriale qui a fait ses preuves : ayant créé son premier blog sur Lycos et contacté par des ONGs voulant une visibilité, Bonny utilisait le logiciel FrontPage pour créer des pages intéressantes pour ses clients. Ensuite, il a découvert Adobe Ready, GoLive puis la gamme Macromédia Fireworks, Dreamweaver et Flash en passant par la programmation avec PHP, ColdFusion et ASP avec Dreamweaver sur le site php-asp.net, les menus déroulant avec Fireworks, des slides et carroussels avec Flash en utilisant ActionScrit 3 sur siteduzero.com.

Ses réalisations vont des mailing pour Celtel ensuite Zain, réalisation du logo de Canal 5, puis création des sites internet de la RVA, le site de l’OGEFREM, puis le site de l’OCC en mettant en place la plus grande plateforme de gestion de contrôles des exportations dans toute la RDC. Ensuite, il a lancé son agence Web, Fenxweb qui a réalisé plus de 50 sites web en RDC, pour la MIBA entres autre. Fenxweb a vécu comme principal challenger de GWD. Fenxweb continue son chemin en développant des logiciels sur mesure et des plateformes web complexes avec de grandes entreprises en Afrique.

Laurent et Fréderic Mukashirwa et Yvonne Kusuedusa, société Jambo

Laurent MukashirwaLauréats du prix de la gouvernance d’entreprise en RDC, décerné par la Fondation Roi Baudouin, trois jeunes Congolais, purs produits de cette société en mutation, ont été invités en Belgique pour témoigner de leur parcours : Laurent et Fréderic Mukashirwa et Yvonne Kusuedusa. Les deux premiers ont créé en 2010 la société Jambo au départ d’une idée simple : au départ des fruits disponibles au Congo (mangues, goyaves, ananas, pamplemousses, oranges…)créer une gamme de jus de fruits naturels, commercialisés dans les marchés et supermarchés des grandes villes. Vendus à des prix abordables (c’est là tout le défi…) ces jus « nationaux » devraient à terme réduire la dépendance aux produits importés, ces « sucrés » venus d’ailleurs qui font l’ordinaire des Congolais. Avec un chiffre d’affaires de 750.000 dollars les perspectives sont bonnes, en dépit de la faiblesse du pouvoir d’achat local.


Quant à Yvonne Kusuedusa, cette pétulante femme d’affaires originaire du Bas Congo a eu l’idée, voici dix ans, de créer une société de services, « Pay Network », qui assure une sorte de secrétariat social pour les entreprises, se chargeant de la paie des travailleurs et veillant au respect des lois sociales et autres dispositions légales, souvent considérées comme un casse tête. Au fil du temps, « Pay Network », qui joue avec le « mobile banking » (paiements via le téléphone portable…) et s’est assurée la collaboration de toutes les banques de la place, a appris à se battre avec les agents de l’Etat, à faire respecter à la fois la loi et les droits des travailleurs et 353 employés dépendent déjà de ses bons offices. Yvonne Kusuedusa, qui a étudié à l’université protestante de Kinshasa est une dame de fer dans un tailleurs de velours : « je connais toutes les lois par cœur, et avec moi, aucune tentative d’extorsion, aucune manœuvre ne peut réussir, tous mes interlocuteurs ont fini par le comprendre… »

Sans nier la corruption du système, les trois jeunes entrepreneurs estiment qu’il y a moyen, malgré tout, de fonctionner dans le cadre de la loi, à condition de bien connaître les règles et de se montrer ferme.

Les deux jeunes sociétés entendent bien grandir, dans un cadre congolais. Jambo, la société productrice de jus, emploie 20 travailleurs à temps plein, chez Yvonne les effectifs s’élèvent déjà à 134 employés, et tous en dépit de la crise, assurent que les perspectives sont bonnes : « dans notre pays, tout est encore possible, notre génération n’a pas droit à l’erreur… »

 

Filip Kabeya, l’initiateur du Café Numérique en RDC

 

Filip-Kayser.jpgFilip Kabeya est l’entrepreneur le plus influent au Congo. De retour au pays, il l’a lancé le Café Numérique Kinshasa en 2014. C’est une organisation des conférenciers sur des sujets liés à l’innovation et les nouvelles technologies. Les participants apprennent plus sur les nouvelles technologies et  partagent leurs connaissances avec une communauté des passionnés. Le 09 Janvier 2015, nous avons assisté au lancement de cet évènement à Lubumbashi. Très motivé en voyant l’intérêt de la population, Filip Kabeya à lancé un autre espace de geek Lumumba Lab. (LLAB), rendu officiel le 20 janvier 2016. Le LLAB est un espace d’innovation partagée, où évolue une communauté innovante de personnes qui réfléchissent ensemble sur des solutions pouvant améliorer notre quotidien. Ce lieu est dédié à la Co-création mais c’est avant tout, un incubateur de technologies pour atteindre en 2020 un pays entièrement développé.

  Luigi Risaci, Fondateur Like Digital


Luigi et Tatiana.jpg

Déjà à la tête de sa propre agence de communication digitale pour les entreprises implantée en RDC, Luigi Risaci apparaît dans Business True Life, une émission de télé-réalité sur internet dans lequel il met en scène les aléas de la vie des businessmen congolais.


En République démocratique du Congo (RDC), Luigi Risaci est à la tête de Like Digital, une agence de communication digitale qui propose à des marques locales de se faire connaître sur le web auprès d’un jeune public notamment.

Mais Luigi Risaci a poussé la logique un peu plus loin en acceptant de produire Business True Life, une émission de télé-réalité sur internet dans laquelle il n’hésite pas à se mettre en scène. Sans rien cacher des échecs et des contrats perdus qui émaillent la vie d’un entrepreneur. Cette dimension humaine explique peut-être le succès de la série, selon lui.

Avant Like Digital, Luigi Risaci travaillait dans une société congolaise dont il a démissionné pour lancer sa propre affaire. S’il n’espérait au départ réaliser que 500 dollars par mois, sa société arrive désormais à dégager plusieurs milliers de dollars de revenus aujourd’hui. Il caresse désormais le rêve de devenir milliardaire.

 

  Yannick Nseka, CEO de 243shopping



nseka.jpgYannick Nseka vit à Mons en Belgique. Il est étudiant et prépare un master en gestion d’entreprises. Il vient de lancer un projet intitulé « 243shopping.com ». Le but, selon lui, est de faciliter l’achat des objets de qualité aux Congolais, en commençant par la capitale Kinshasa.

« Tout le monde veut s’acheter des vêtements de qualité. Tout le monde veut aussi s’acheter des téléphones, mais un vrai. C’est ce que nous proposons aux Congolais à un prix réduit », affirme Yannick Nseka.

Pour acheter les objets de qualité en automobile, électronique ou vestimentaire, il faut passer les commandes sur le site avec tous les détails et proposer un prix. L’achat et le transport seront pris en charge par les administrateurs du site.

Yannick Nseka assure que les produits proposés sont de qualité parce qu’ils collaborant avec les fournisseurs belges, qui sont très exigeants en termes de qualité.