Baisse des prix des produits surgelés : Enfin, consensus trouvé entre le Gouvernement congolais et les importateurs!

Cette fois-ci, c’est la bonne! Tous les signaux semblent démontrer que l’heure de l’impasse appartient désormais au passé car l’entente entre le Gouvernement des Warriors et les importateurs des surgelés est en train de prendre corps et ainsi il n’y a plus lieu d’être sceptique. En effet, les journées des 11 et 12 août ont suffi aux deux parties pour se mettre d’accord sur les prix à pratiquer sur le marché, en attendant une décision définitive du Gouvernement sur le “Juste prix”. D’où l’effectivité de la baisse des prix des produits surgelés n’a plus rien de chimérique d’après ce que dégage l’état d’esprit qu’affichent les gouvernants et les opérateurs économiques.


Sur instruction du Premier Ministre Jean-Michel Sama Lukonde, le Ministre de l’Economie Nationale Jean-Marie Kalumba Yuma qui accompagnait son collègue du Commerce Extérieur, Jean-Lucien BUSA (membre du comité de conjoncture économique), a engagé, depuis mercredi 11 août, de nouvelles discussions avec les importateurs des produits surgelés. Selon la cellule de communication du ministère de l’Economie nationale, l’objectif de ces concertations était de comprendre pourquoi les nouveaux prix des surgelés comme annoncés depuis la neuvième réunion du conseil des ministres souffraient toujours d’application sur le marché.


Par cette recommandation, le Premier Ministre voulait bel et bien que le Ministre de l’Économie nationale tienne compte des préoccupations des opérateurs économiques par rapport aux réalités dans la réalisation de leurs opérations d’importation. Pour rappel, la Fédération des Entreprises du Congo (FEC) dont font partie un bon nombre d’importateurs des surgelés dénonçait le passage en force du Ministre de l’Économie qui, selon les propos de son Administrateur délégué (NDLR membre de la FEC), Kimona Bononge, évoquait l’imposition d’une structure des prix qui ne prend pas en compte les coûts justifiés par des pièces comptables. « Imposer ces prix-là, c’est faire en sorte que les entreprises ne savent plus fonctionner, ne puissent répondre à toutes les charges d’exploitation, et, à la fin, ce sera la fermeture. Ce sera pareil pour les secteurs d’importation, où les prix sont librement fixés », arguait John Nkono, le secrétaire général du patronat congolais (NDLR La FEC).


Après des échanges francs entre les deux parties, un constat s’est dégagé : Les valeurs CIF (L’expression coût, assurance et fret « CIF, anglais : Cost Insurance Freight, CIF » est un incoterm ou terme commercial utilisé en comptabilité nationale pour désigner l’évaluation du coût d’un échange commercial. Un échange commercial exprimé en CIF représente son prix comprenant les coûts nécessaires avec assurance à l’acheminement jusqu’à la frontière nationale du destinataire. Il est souvent utilisé pour exprimer le montant des importations dans le calcul du solde commercial. Le montant coût, assurance et fret s’oppose au montant franco à bord.) sur base desquelles les calculs des prix ont été effectués ne correspondaient pas à la réalité. Une fraude de la part des importateurs? De ce fait, retenons qu’il est « Difficile pour l’instant de répondre à cette question qui devra être examinée entre le Ministère de l’Economie Nationale et les services spécialisés dont la DGDA (Direction Générale des Douanes et Accises). Mais il faut préciser qu’il s’agissait des chiffres réellement déclarés par les importateurs », note la cellule de communication du Ministère de l’Economie.
Pour sa part, le Ministre de l’Economie, Jean-Marie Kalumba, a demandé aux responsables de principales sociétés importatrices de proposer les prix, en tenant compte de leurs vraies charges.


Après discussions, un procès-verbal a été signé par les sociétés importatrices et le Gouvernement, impliquant « une baisse d’environ 30% » par rapport aux prix actuels concernant la commercialisation des surgelés. « Considérant l’acceptation de ses propositions par la partie gouvernementale, toutes les taxes comprises (TTC) pour un compromis d’équilibre et transitoire avant la révision de l’arrêté ministériel N•034/CAB/MINET/ECONAT/JKN/d’octobre 2018 portant mesures d’exécution de la loi organique n•18/020 du 09 juillet 2018 relative à la liberté des prix et à la concurrence, spécialement en matière des prix », dit le PV signé ce jeudi 12 août 2021 par les deux parties. Désormais, le Gouvernement et les importateurs regardent tous dans la même direction indiquant le bien-être social des Congolais. « La population doit retenir que nous avons trouvé un consensus après deux mois de discussions. Son Excellence va communiquer les prix du consensus. Tout s’est bien passé. Nous faisons un effort pour approcher le pouvoir d’achat de la population. Cela n’a pas été facile, raison pour laquelle vous avez vu deux réunions qui se sont succédé mais aujourd’hui, nous avons fini par trouver un consensus avec le Gouvernement », dixit Donatien Tshimueneka, coordonnateur de la Société SOCIMEX, qui s’est exprimé au nom des sociétés importatrices des surgelés.
Preuve à l’appui : les importateurs des surgelés dont GFCO, SOCIMEX, AFF, EGAL et SOKIN ont pris l’engagement d’appliquer la nouvelle tarification en attendant une décision définitive du gouvernement sur les « Justes Prix ».

A titre illustratif, voici les prix de quelques surgelés épris par la population qui les consomment au quotidien :
Cuisses de poulet (10Kg): 15.9 USD
Poulet entier (10 Kg): 15.5 USD
Côtes de porcs (10Kg): 16.8 USD
Chinchards : 1.44 USD/Kg

Cette résolution ne peut qu’être de nature à bénéficier du soutien du Chef de l’Etat, Félix Tshisekedi, qui, lors d’une interview accordée à Christian Lusakueno de Top Congo FM et Françoise Buela de la RTNC en date du 1 juillet dernier à Goma, avait lancé un appel au Gouvernement et à la FEC de sorte qu’ils puissent aplanir leurs ressentiments en vue de prioriser le bien-être de milliers de Congolais. « Le ministre de l’Economie que j’apprécie d’ailleurs dans ses efforts et je soutiens totalement a adressé à plusieurs reprises les invitations aux opérateurs économiques qui parfois les ont ignorés ou envoyé des personnes qui ne pouvaient pas prendre des décisions. Le ministre s’est retrouvé coincé à un moment donné où il devait prendre une décision. Je crois qu’il a bien fait de prendre une décision (NDLR en mai dernier, le Ministre Kalumba a pris une décision ramenant à la baisse les prix des cartons de poulet de 10 Kg de à 10$ au lieu de 28 et ceux des chinchards à 17 $ au lieu de 42 $) parce que ça fait réagir la FEC et ça l’oblige maintenant à venir à table pour discuter, c’est ce que j’encourage. Il faut discuter parce que les uns sont privés, ils regardent leurs intérêts, ils sont là pour faire des affaires, pour prospérer. Moi aussi je les encourage à faire tout pour prospérer mais attention ils sont les partenaires de l’Etat. Ce dernier est là pour garantir le bien-être de la population. En ce moment-là, ils doivent se mettre autour d’une table et discuter avec l’Etat pour l’intérêt de la population parce que c’est celui-là que nous cherchions », avait-il déclaré.


Signalons que cette décision consensuelle, quand bien même que les nouveaux prix des surgelés ne sont pas encore déterminés, intervient 5 jours après que le Ministre de l’Economie ait signé l’arrêté (depuis le 7 août dernier) portant sur la baisse des prix des billets d’avion pour les vols domestiques. Sans blague, le Ministre Jean-Marie Kalumba et son équipe (cabinet + administration) sont en train d’abattre un travail titanesque et surtout en un temps record! Petit à petit, nous assistons à la refondation du système économique congolais pourvu qu’il en soit ainsi pour la durée.
Fabrice Amisi